En guise de conclusions

 

Plusieurs points importants sont à considérer

L'Accueil

Cet accueil est dit comme important par tous. Et pourtant, que de souffrances il engendre.

Surtout, les "petites phrases" écrites ou souvent dites, souvent avec la meilleure volonté et qui font mal (je résume):

Ventre affamé n'a pas d'oreilles : comment imaginer qu'un chrétien, baptisé, en manque de la nourriture apportée par le Christ puisse entendre ces "beaux discours"

Nous sommes plutôt comme la centième brebis, que certains rejettent, et que les autres, au mieux, proposent de ramener non pas à l'étable pour manger et être soignée, mais dans la cabane vide un peu à l'écart, là ou il n'y a pas a manger.

La couverture du dernier livre du Père Guy de Lachaux, qui résume bien la situation

 

Les Contradictions

Tous ces documents (lettre, articles, Canon...) qui disent que nous ne pouvons pas nous dire Chrétiens, que tous les baptisés doivent nourrir la foi qui les anime  par les sacrements, communier une fois par an.... et en même temps, que nous faisons partie intégrante de l'Église ! Cette contradiction met tous les catholiques en porte à faux.

Parfois, je me demande "qu'est-ce que cette Église qui nous refuse la nourriture, la force que Jésus est venu nous donner (Prenez et mangez en TOUS), cette Église qui refuse de nous pardonner alors que Dieu pardonne (Dis une seule parole et je serais guéri) ?

Cette Église qui demande aux divorcés remariés d'éduquer leurs enfants dans notre foi, mais ne leur permet pas de communier avec leurs enfants à l'occasion de leur première communion.

Cette Église qui Fait porter à tous les couples le poids de l'Alliance entre le Christ et son peuple (peut-être une bonne idée) et Les exclut des Sacrements pour ne pas avoir été aussi parfaits que le Christ.

Cette Église dont certains Cardinaux refusent l'application de la "conscience éclairée" à notre situation.

Cette Église qui "oublie" les Évangiles et la Miséricorde !

 

Rappel  des Évangiles :

- Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades.

- La Brebis égarée (ramenée à l'étable, avec les autres)

- Le Fils Prodigue (Son père l'invite au banquet ET le laisse manger avec les autres)

- Les principaux Commandements l'Amour et le Pardon.

Eh oui ! nous n'avons pas droit au pardon de notre Église car nous aimons !

 

Et en rappel, la phrase de Jésus sur laquelle tout est basé : "Que l'homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint".  Qui s'est transformée en interdiction des sacrements !

le Magistère de l’Église aborde la question des divorcés remariés sous un angle exclusivement juridique en oubliant le plus important

Je rappellerais juste quelques paroles de Jésus :

 "Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler à la repentance des justes, mais des pécheurs."

"Vous laissez de côté le commandement de Dieu pour vous attacher à la tradition des hommes. Vous avez bel et bien annulé le commandement de Dieu pour observer votre tradition !"

 

En Sortir

Je rappelle la demande du Synode des Évêques en 1980 :

« Le synode, dans le souci pastoral pour ces fidèles (divorcées remariés) souhaite qu’on se livre à une nouvelle et plus profonde recherche à ce sujet, en tenant compte également de la pratique des Églises d'Orient, de manière à mieux mettre en évidence la miséricorde pastorale»

Demande rejetée par Jean Paul II l'année suivante dans Familiaris Consortio.

Je reprendrais juste les mots de André Naud :

Une condition s'impose pour sortir de l'impasse. Elle consiste à consentir à voir l'enseignement de Jésus sur l'indissolubilité du mariage comme le rappel d'un important devoir moral non pas comme s'il s'agissait d'une loi juridique absolue.

Alors, il est possible de proposer, par exemple, que les divorcés qui ont fait un réel chemin de pénitence, de pardon et de réconciliation en parlent avec un prêtre avec qui ils sont en confiance. Et puissent recevoir le sacrement de réconciliation, puis l'Eucharistie.

Pas dans dix ou trente ans : rapidement !

 

Et notre Église continue à marier des couples qui n'ont pas forcément la Foi.

Couples qui perdront la possibilité de recevoir l'Eucharistie si cela tournait mal.

Et, comble de l'ironie, la plupart des mariages sont célébrés sans l'Eucharistie !

Quand notre Église proposera t'elle enfin des "prières à l'occasion d'un mariage" ou d'une union ?

En s'inspirant par exemple de ce qui est proposé aux divorcés.

 

Revendiquer ?

Un jour, une responsable de Pastorale m'a dit : "Mais, Bernard, tu revendiques ?" Surpris, j'ai du bafouiller, répondre : "Non, je demande fortement..."

Mais Elle a raison !

JE REVENDIQUE POUR NOUS

Je revendique une Église qui sorte du juridisme.

Je revendique une Église qui parle d'abord de spiritualité, de devoir moral...

donc, Je revendique une Église qui sorte des "interdits d'abord".

 

Je revendique une Église qui revienne aux évangiles, à l'amour, au pardon... et à la Miséricorde.