Quelques Références

 

Ce que disent les textes sur la relation homme - femme. Il est à noter que la Genèse ne parle évidemment pas du (sacrement de) mariage, ni les évangiles.   

-         Matthieu 

19-3 Les pharisiens l'abordèrent, et dirent, pour l'éprouver : Est-il permis à un homme de répudier sa femme pour un motif quelconque ? 

19-4 Il répondit : N'avez-vous pas lu que le créateur, au commencement, fit l'homme et la femme 

19-5 et qu'il dit : C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et les deux deviendront une seule chair ? 

19-6 Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair. Que l'homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint. 

-         Marc

10-6 Mais au commencement de la création, Dieu fit l'homme et la femme;

10-7 c'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme,

10-8 et les deux deviendront une seule chair. Ainsi ils ne sont plus deux, mais ils sont une seule chair.

10-9 Que l'homme donc ne sépare pas ce que Dieu a joint.

-         GENÈSE

2.24  C'est pourquoi l'homme quittera son père et sa mère, et s'attachera à sa femme, et ils deviendront une seule chair.

 

 

Quelques passages de l'Évangile pour rappeler certains fondamentaux du Christ, pourquoi Il est venu.

La Brebis Perdue

-        Matthieu chapitre 18 versets 10 à 14

Car le Fils de l'homme est venu sauver ce qui était perdu. Que vous en semble? Si un homme a cent brebis, et que l'une d'elles s'égare, ne laisse-t-il pas les 99 autres sur les montagnes, pour aller chercher celle qui s'est égarée?

...De même, ce n'est pas la volonté de votre Père qui est dans les cieux qu'il se perde un seul de ces petits.

Le Fils Prodigue

-        Luc 15

... Festoyons, 24 car mon fils que voici était mort et il est revenu à la vie, il était perdu et il est retrouvé". Et ils se mirent à festoyer.
... Alors le père lui dit: "Mon enfant, toi, tu es toujours avec moi, et tout ce qui est à moi est à toi. Mais il fallait festoyer et se réjouir, parce que ton frère que voici était mort et il est vivant, il était perdu et il est retrouvé"».

La Femme Adultère

-        Jean

     8-3 Les scribes et les pharisiens lui amènent une femme qu'on avait surprise en train de commettre l'adultère. Ils la font avancer, et disent à Jésus : « Maître, cette femme a été prise en flagrant délit d'adultère.

Or, dans la Loi, Moïse nous a ordonné de lapider ces femmes-là. Et toi, qu'en dis-tu ? » ...

Comme on persistait à l'interroger, il se redressa et leur dit : « Celui d'entre vous qui est sans péché, qu'il soit le premier à lui jeter la pierre. »

Quant à eux, sur cette réponse, ils s'en allaient l'un après l'autre, en commençant par les plus âgés. Jésus resta seul avec la femme en face de lui.

Il se redressa et lui demanda : « Femme, où sont-il donc ? Alors, personne ne t'a condamnée ? »

Elle répondit : « Personne, Seigneur. » Et Jésus lui dit : « Moi non plus, je ne te condamne pas. Va, et désormais ne pèche plus. »

-        Luc

5.31 Jésus, prenant la parole, leur dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades.

5.32 Je ne suis pas venu appeler à la repentance des justes, mais des pécheurs.

-        Marc

2.17  ... Il leur dit: Ce ne sont pas ceux qui se portent bien qui ont besoin de médecin, mais les malades. Je ne suis pas venu appeler des justes, mais des pécheurs.

 

Loi divine et loi ecclésiastique

Une déclaration du Conseil pontifical de l'année 2000 stipule que la prohibition formulée par ce canon (1141) n'admet aucune exception , du fait qu'elle dérive de la loi Divine.

J. Werckmeister fait remarquer que cette affirmation présuppose d'une part que la loi divine soit claire ; d'autre part qu'elle n'admette effectivement aucune exception,

Or, explique l'auteur, l'examen des textes bibliques (par exemple les différentes interprétations de l'incise matthéenne (Mt 19, 9) montre que la loi divine telle qu'elle est exprimée dans la Bible ne parait pas univoque. Ni les exégètes, ni la Tradition des diverses Églises ne concordent dans leur interprétation. Le postulat selon lequel la Bible est claire sur ce sujet paraît un peu faible. En outre, note J.Werckmeister, en citant plusieurs exemples, l'Église dans son histoire à déjà abrogé ou n' a pas appliqué certaines lois bibliques : ce qui parait contredire, conclut l'auteur, l'affirmation du caractère immuable de toute Loi divine. La loi divine n'admet-elle aucune exception ?  Certains se demandent s'il est possible d'appliquer les principe, de l'épikie* et de l'équité canonique au cas de l'admission des fidèles divorcés remariés à la communion eucharistique.

 

*Deux modalités spéciales d'interprétation : l'épikie et l'équité. Ces deux termes servent encore pour désigner cette forme de la vertu de justice qui détermine à écarter le texte de la loi pour lui substituer une autre disposition plus conforme aux exigences de la justice ou aux circonstances du cas qu'il s'agit de trancher.